SAUVAGNON

Marie de Magdala – est une grande sainte de l’Évangile et les chrétiens lui ont toujours voué un culte fervent.

Depuis le pape Grégoire le Grand (VIe siècle), on l’assimile à la pécheresse oignant les pieds de Jésus, mais aussi à la sœur de Marthe et de Lazare. Beaucoup d’historiens estiment que ce sont trois femmes différentes, mais la version traditionnelle est toujours soutenue, arguments à l’appui, et c’est elle qui forme le riche portrait de « la Madeleine » qui est aimée et priée depuis l’origine.

« Pécheresse », elle a été délivrée par Jésus de sept démons, ce qui a délivré surtout en elle une puissance d’amour pour le Sauveur comme il ne s’en est pas trouvé de telle chez les Apôtres (sauf sans doute saint Jean). Marie qui avait versé un parfum précieux sur la tête de Jésus et avait baigné ses pieds de ses larmes, puis essuyé de ses cheveux, gestes d’amour féminin sublime, montrera un amour plus grand encore en restant au pied de la Croix, puis en bravant l’interdit pour aller embaumer le corps de Jésus dans son tombeau. C’est à elle, en premier, que le Christ manifeste sa résurrection. C’est elle qui en avertit les Apôtres.

Ensuite, c’est la « légende » (littéralement : « ce qui doit être lu [comme digne de foi] ») : avec d’autres disciples, Marie débarque en Provence. Elle évangélise la région puis consacre la fin de sa vie à prier dans la grotte, aujourd’hui sanctuaire, de la Sainte-Baume. Depuis, ce n’est pas la « légende », c’est le cours ininter­rompu du pèlerinage, accompli par les humbles comme par les plus grands, et toujours vivant aujourd’hui.

Fête : 22 juillet

retour